L'éducation du cheval Auvergne

Spécialiste de l'éducation comportementale, Véronique de Saint Vaulry est connu pour ses nombreux livres, maintes fois réédités. Si vous regardez de plus près les illustrations, vous y trouverez nombre de chevaux Auvergne. C'est en effet avec cette race, et dans cet élevage qu'elle a fait ses premières randonnées et ses premiers débourrages ( la plupart des juments de 1ère et 2ème génération), il y a plus de 30 ans. C'est là qu'elle a mis au point les bases de son approche (motivation, contrats, travail rênes longues, gestion des peurs du cheval, etc.)

Sa jument Hexane (25 ans) est la demi-soeur de l'étalon Member, et elle vient d'acquérir la pouliche Bantou. Très attachée aux Aumontois , elle a donc tenu à témoigner :

 

"J'ai eu la chance de débourrer un grand nombre de chevaux de cet élevage, dans les années 80-95, parmi lesquelles les mères ou grans-mères des juments actuelles de l'élevage. N'étant pas très expérimentée au départ, je suis bien placée pour dire  que ce sont des chevaux tolérants et faciles, avec lesquels la bonne volonté du propriétaire peut compenser en partie son manque d'expérience  des débourrages ! Bien sûr, comme n'importe quel cheval, ils peuvent montrer des doutes sur la réponse à donner, des réactions de peur (modérées!) face à l'inconnu. Mais ce sont des double-croupes (et quelle croupe!), donc on se fait nettement moins surprendre qu'avec un cheval de sang. Les ados et les débutants que j'ai emmenés en balade ou en rando avec eux n'avaient aucun mal à se détendre, et les temps de galop étaient de bons moments pour tout le monde, pas une issue redoutée...

Calme. Je n'ai jamais vu un cheval de ces lignées s'exciter ou s'emballer. Ils ont assez d'impulsion pour donner aisément des départs au galop depuis le pas, et offrir des bout-vite quand le terrain s'y prête. Mais on utilise nettement plus l'accélérateur que les freins ! Comme avec tout cheval à sang plutôt froid, il faut donc être attentif à les garder légers, par un usage raisonné des jambes et de la voix. - Pour donner un ordre d'idée, je les juge plus un peu plus sensibles et énergiques que les irish cobs qu'il m'a été donné de rencontrer.

Indépendance. Une autre qualité que j'ai apprécié chez les aumontois, c'est la facilité avec laquelle on pouvait partir seul, même au débourrage, dès lors qu'on avait fait quelques balades en main préparatoires. Je ne sais s'il s'agit de qualités transmise par les lignées fondatrices, ou du résultat des conditions de socialisations très naturelles dont bénéficient les poulains... Sans doute un peu des deux !

Avec eux, comme avec les autres, il faut être très attentif au respect de l'espace, et celà très tôt dans l'éducation. Les lois de priorité sont essentielles dans un troupeau constitué, et les chevaux ne comprennent pas qu'on s'affranchisse de cette "grammaire équine". Si vous ne vous montrez pas "véhicule prioritaire" par rapport à votre poulain, c'est lui qui le deviendra, et cette inversion des rôles va gâcher la relation, et probablement vous massacrer quelques orteils. C'est au moment des repas* qu'on commence à établir les choses, et le travail en main ne sert qu'à confirmer les acquis. Muriel étant vigilante sur ce point, le terrain est déblayé, mais ce n'est pas acquis pour la vie : en prenant de l'âge, le jeune va naturellement chercher à s'élever dans l'échelle sociale de son groupe . Il faudra être prêt à répondre à ses questions...

Intégration à un nouveau groupe : grâce à leur bon niveau de socialisation, les poulains issus de l'élevage de l'Arn connaissent les règles du jeu : si un cheval les menace, ils sauront céder la place (ce qui évite pas mal d'accidents). Selon leur caractère et l'exemple reçu de leur mère, ils chercheront ensuite plus ou moins à s'élever dans l'échelle sociale de leur nouveau groupe et défendront leurs éventuelles prérogatives. Mais ce ne seront en tout cas pas des harceleurs, du genre à remettre sans cesse en question l'ordre établi (problème qu'on observe avec les poulains élevés seuls avec leur mère, ou par groupe d'âge, sans adulte référent). Conséquence pratique, si vous acquérez un poulain, il ne devra pas rester seul, ni dans un groupe dépourvu d'adultes. Il est en effet important de poursuivre sa socialisation... Si vous ne pouvez offrir ces conditions, il vaut mieux choisir un sujet de 3 ans, ou laisser votre poulain en pension à l'élevage jusqu'à cet âge.

 

Se laisser attraper : Toutes les juments de l'élevage ont une grande confiance dans leur éleveuse, confiance qu'elles transmettent à leur poulain. Une étude récente a montré que c'était la stratégie à privilégier pour établir un contact avec ceux-ci. Pas de manipulations forcées à la naissance (qui laissent des traces à long terme sur le comportement social de l'animal). Les poulains de l'élevage de l'Arn viennent donc de leur plein gré au contact de l'homme... Un bon réflexe acquis dès l'enfance, qui se conservera dans le temps, à condition que leur futur cavalier reste un ami. 3 clés pour réussir : une selle adaptée qui ne créent pas de points de pression douloureux, une pédagogie positive, et des séances qui tiennent compte du niveau d'entraînement de l'animal. A compléter bien sûr par de bons grattages

 

Des chevaux tous-terrains :  Dès leur plus jeune âge, les poulain de l'élevage de l'Arn apprennent à franchir l'eau, sauter les fossés, brousser dans les buissons et les genêts, enjamber les arbres tombés, patauger dans les sagnes,  gravir les pentes... Ce sont déjà des randonneurs expérimentés... Autant dire que ce serait une hérésie d'acquérir un Auvergne si l'on a l'intention de le faire vivre au box.

 

Pieds nus ? Les pieds des chevaux de l'Arn sont solides et bien conformés, proportionnés à leur masse. Il est donc possible d'envisager de les laisser nus-pieds, à condition bien sûr que la qualité et la variété du terrain leur permettent de conserver leur qualité. Rappelons que ce n'est pas un abandon à la nature, et que ce choix suppose des parages réguliers par un expert.  A compléter par des hippo-sandales si nécessaire.